Time

Par C. le 27 avr. 2012 | 5 Commentaire(s)

J'avais dit que je posterai plus souvent en 2012, malheureusement je n'en ai pas trop l'occasion.
(je n'ai même plus le temps de regarder des films pour tout vous dire) 

J'ai beaucoup de travail et je sais que cela ne ce calmera pas avant fin juin.
Et d'ici là j'aurai trouvé une solution pour ce blog (parce que pour tout vous dire je suis lassée de Canalblog). 

Donc, à bientôt.

Je continue à vous lire :)


Millenium - The girl with the dragon tattoo

Par C. le 02 févr. 2012 | Cinéma | 4 Commentaire(s)

millenium

Millenium, c'est d'abord des bouquins. Une trilogie au succès mondial écrite par l'écrivain Stieg Larsson. Par la suite, il y a eu les adaptations cinématographiques suédoises des trois tomes par Niels Arden Oplev (le premier opus) et Daniel Alfredson (les deux suivants) qui ont été suivies par la série télévisée qui reprend en réalité ces 3 films mais avec plus de deux heures de scènes supplémentaires. Parait-il qu'une BD est à venir également. Folie.

mil

C'est une saga que j'aime beaucoup, surtout le premier livre (Les hommes qui n'aimaient pas les femmes) que j'ai lu plusieurs fois. J'ai également apprécié le film suédois qui respecte assez bien l'oeuvre originale. Mais on peut dire maintenant que je connais l'histoire par coeur. Rien n'aurait donc pu, à première vue, me motiver pour aller voir cette nouvelle adaptation américaine. Et pourtant, ce remake hollywoodien a un argument non négligeable et plutôt convaincant... J'ai nommé David Fincher. Ce monsieur dont on ne peut nier le talent a quand même réalisé deux de mes films préférés (Seven et Fight Club) et mérite pour cette raison mon respect éternel (et j'éxagère à peine).

Dès les premières secondes du film, nous sommes scotchés à nos sièges par un générique sublimement graphique où violence, feu et dragon tattoos s'entremêlent au son d'une reprise d'Immigrant Song de Led Zeppelin. Le message est clair : l'ambiance va être dark.

Et en effet, elle l'est. J'ai rarement ressenti un tel malaise devant un film. Je le savais pourtant que ce thriller n'était pas facile puisqu'il traite de sujets tels que le fascisme, la mysoginie ou encore le sadisme. Mais Fincher possèdant un véritable sens de la mise en scène, retranscrit parfaitement cette athmosphère glaciale et paranoïaque et par la même occasion met en valeur chaques lieux et personnages de l'intrigue.

Parlons-en des personnages. D'un coté, il y a Mikael Blomkvist (interprété par le classieux Daniel Craig), journaliste déchu, enquêtant sur la disparition de la nièce d'un riche industriel. De l'autre, il y a Lisbeth Salander, hackeuse surdouée et asociale. Avant qu'ils ne se rencontrent, l'histoire de cette dernière est bien plus intéressante et laisserait presque l'intrigue principale au seconde plan. La faute à Rooney Mara qui, métamorphosée,  livre ici une prestation on ne peut plus fascinante et impressionante.

lis

Etant donné la densité du livre, le scénario est un peu épuré. Quelques détails littéraires sont éffacés de manière à plus s'attarder sur l'investigation et la rencontre des deux personnages, ce qui fait que l'on ne s'ennuie pas. Exception faite pour le dernier quart d'heure du film (soit l'acte après la résolution de l'enquête) qui, même s'il est nécessaire pour la suite, est très lent et manque totalement de souffle.

The Girl with the Dragon Tattoo n'en reste pas moins un film intriguant et perturbant. Néanmoins, un remake reste un remake et celui-ci n'apporte pas vraiment de choses nouvelles si on a vu l'adaptation précédente ou si on connait déjà l'histoire. A voir néanmoins pour la réalisation qui est excellente et une Rooney Mara exceptionelle, la vraie révélation de ce début d'année.

The girl with the dragon tattoo, réalisé par David Fincher, 2011 | Avis écrit en janvier 2012 | 16,5/20

Cinéma : bilan 2011

Par C. le 01 janv. 2012 | Cinéma | 6 Commentaire(s)

Les enfants, le temps passe vite et un bilan s'impose.

2011 fut une année assez chargée, je n'ai pas su voir tous les films que je voulais et encore moins écrire par ici. Shame on me. J'espère que 2012 sera meilleure sur ce point là.

Je ne sais pas trop comment définir 2011 cinématographiquement parlant. Après un rapide comptage, j'ai vu 33 films sortis cette année. Je n'ai même pas écrit sur dix d'entre eux, j'essayerai de me rattraper. Parmi ceux-ci, quelques surprises, quelques déceptions, un peu d'ennui, du rire, de la tension et un seul coup de coeur. Voici un petit classement divisé en plusieurs catégories. Je ne cite pas tous les films, seulement ceux qui m'ont marquée.

Coup de coeur 2011 :
Oui, je sais, c'est original. Mais voilà, dois-je vraiment me justifier ?

drive

Bons films  :
Je les achèterai bien en DVD. 

bons

Mais aussi : La Piel Que Habito, Black Swan, True Grit, Blue Valentine et Incendies.

Les surprises
Je pensais que ça allait être naze, mais en fait non. 

bons

Les déceptions :
Je pensais que ça allait être sympa. Mais en fait, non. 

deceptions

Mais aussi : Les géants, Mes meilleures amies, Sucker Punch et Au delà.

Les films que l'on m'a obligée à voir :
Sorties entre amis. Je fréquente des gens aux goûts douteux.

daubes

 Mais aussi : Tron : Legacy (mais celui-là, c'était encore acceptable).

(Et puis après tout ça, il y a les grosses daubes comme Burlesque et Le Chaperon Rouge. Mais ceux-là, je ne veux même pas en parler. Hum.)

Je vous souhaite une excellente année et à bientôt !

Homeland - Saison 1

Par C. le 23 déc. 2011 | Séries | 1 Commentaire(s)

homeland

Excellente surprise de la rentrée, si ce n'est la meilleure : Homeland, produite par HBO et adaptée d'une série israélienne raconte le retour du sergent Nicholas Brody, miraculeusement libéré après avoir été détenu en Irak pendant 8 ans. Il est dès lors perçu par tous comme un héros national et rapatrié auprès de sa famille (qui le pensait mort). A coté de ça, on suit l'enquête de Carrie Mathison, membre de la CIA, qui soupçonne Brody d'avoir été retourné par Al Qaida et d'être le protagoniste d'une future attaque sur le sol américain.

La série avance sur le fil de cette double narration, sans jamais tomber. Cette perfection repose non seulement sur un trio d'acteurs remarquables (Claires Danes, Damian Lewis et Mandy Patinkin) mais aussi sur son rythme, jamais monotone, enchainant des scènes d'actions et des scènes psychologiques, le tout entrecoupé de retournements de situation bluffants.

Homeland n'est pas qu'une série sur le terrorisme. C'est surtout une critique de la paranoïa ambiante des USA (et d'ailleurs). Paranoïa qui nous touche aussi, quand on se surprend à analyser les moindres faits et gestes de Brody,  le plaçant alors dans un camp ou dans l'autre. C'est une série sur la folie aussi, la cruauté humaine ou encore sur la question de l'Islam dans la société américaine, toujours perçue comme menacante.

La première saison s'est terminée ce dimanche 18 décembre, avec un épisode qui surprend bien plus qu'on ne l'aurait imaginé. On aurait pu en douter mais la saison 2 s'annonce aussi passionante que la première. Un an à attendre, c'est long.

 

Harry Potter & les Reliques de la Mort - Partie II

Par C. le 11 août 2011 | Cinéma | 4 Commentaire(s)

Sans titre 1

Ça y est. Le dernier opus d'une saga qui aura duré plus de 10 ans est enfin sorti au ciné, amenant des milliers de personnes, comme chaque année, à se ruer dans les salles. On se souvient encore de la féerie du premier, sorti à la fin de l'année 2001, faisant découvrir au non-initiés un univers riche et fabuleux. On se souvient de la sortie du deuxième, rempli de suspense. Tout comme on se souvient de l'esthétique gothique du troisième. Les trois premiers furent assez bons, chacun a leur manière. Les 3 suivants me semblèrent beaucoup moins bien ou en tout cas, pas aussi plaisants que les précédents. Est-ce parce que j'avais soudainement grandi, nageant alors en pleine adolescence ou est-ce que c'est ce changement incessant de réalisateurs, provoquant alors une irrégularité dans la saga, qui m'avait fait un peu décroché ? Un peu des deux, certainement.

Malgré cette irrégularité, il faut dire que cette saga cinématographique vaut le coup (même si on est d'accord que les livres sont bien mieux). Parce que chaque ambiance différente réussit à divertir et surtout parce que peu importe le film, il y a ce truc, ce truc propre à l'univers inventé par JKR qui nous offre une aventure non seulement captivante mais aussi très riche. L'aventure Harry Potter dégage un potentiel énorme et je suis bien curieuse de voir ce qui pourrait déloger le sorcier myope dans les années à venir...

rogue

La première partie de l'ultime opus sortie en novembre dernier m'avait laissé une très bonne impression. Il faut dire qu'après la (mauvaise) adaptation du cinquième et sixième livres par David Yates, il y avait de quoi avoir peur. La séparation du septième tome, bien que cela semblait surtout répondre à des calculs commerciaux, paraissait dès lors comme une bonne idée, permettant aux réalisateur et scénaristes de prendre leur temps et de développer les enjeux les plus profonds de cette terrible saga. Si certains ont pu regretter le manque d'action de cette première partie, le second film nous promettait un combat final on ne peut plus épique de plus de 2 heures.

Le début est un peu lent et possède un rythme lourd tel que l'on pouvait le retrouver dans la première partie et que, bizarrement, j'adore. C'est quand Harry arrive à Poudlard, que la bagarre commence. Malheureusement, la bataille épique du bien contre le mal que l'on nous promettait n'est pas là, où en tout cas, ne fait pas vibrer comme celle du bouquin a pu le faire.

Le problème de ce film, c'est que tout semble banal : Les morts de personnages importants deviennent insignifiantes, les répliques censées être émouvantes ou drôles ne le sont pas, et surtout les scènes d'actions sont inexpliquées et bâclées.  Ce dernier élément a pour effet de nous faire ressentir une certaine distanciation devant le combat qui se déroule sous nos yeux et donne l'impression que nous ne sommes pas directement plongé dans l'action. Bien que la bataille soit esthétiquement très belle, cela laisse quand même un petit sentiment d'amertume. Surtout lors de l'affrontement Voldy/Harry qui est un peu facile, vite expédié et qui manque d'intensité. Alors que si il y avait un moment qu'on était censé vivre avec nos tripes, c'est celui-ci.

En conclusion, un étonnant manque d'émotion et de saveur.

Outre cela, il est important de regretter certaines simplifications (aucune explication sur la cape !), beaucoup de détails inexpliqués et ambigus qui rendent quand même l'histoire difficile à comprendre pour ceux qui n'ont pas lu les livres, comme par exemple le passage dans la gare immaculée ou la pierre de résurrection qui revient comme ça par surprise. A cela s'ajoute quelques répliques niaises ("Harry restera toujours dans nos cœurs"), un prologue aussi ridicule que dans le bouquin et un énorme regret pour l'absence du passé de Dumbledore puiqu'on le fait juste passer pour une belle ordure.

Mais heureusement, Alan Rickman, encore plus brillant qu'à l’accoutumée sauve tout lors de la magnifique scène de la pensine. Là est le moment émouvant, "épique" du film. Un acteur de talent pour un personnage aussi passionnant que complexe et un des meilleurs chapitres des 7 tomes réunis.

Et reste, malgré ces défauts, cet émerveillement propre à l'univers d'Harry Potter qui fait toute la réussite de la saga et qui empêche totalement d'être déçu. Et ça, c'est magique.

HP and the Deathly Hallows, réalisé par David Yates, 2010 | Avis écrit en juillet 2011 | 12/20